Oeuvres ...

Portada
Poulet-Malassis, 1862 - 408 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 74 - Ceux qui écrivent contre la gloire veulent avoir la gloire d'avoir bien écrit; et ceux qui le lisent veulent avoir la gloire de l'avoir lu; et moi qui écris ceci, j'ai peut-être cette envie ; et peut-être que ceux qui le liront l'auront aussi.
Página 108 - L'amant juge sa dame un chef-d'œuvre ici-bas, Encore qu'elle n'ait sur soi rien qui soit d'elle, Que le rouge et le blanc par art la fasse belle, Qu'elle ente en son palais ses dents tous les matins, Qu'elle doive sa taille au bois de ses patins, Que son poil, dès le soir frisé dans la boutique, Comme un casque au matin sur sa tête s'applique : Qu'elle ait, comme un piquier, le corselet au dos, Qu'à grand...
Página 102 - C'est proser de la rime, et rimer de la prose, Que l'art lime et relime, et polit de façon Qu'elle rend à l'oreille un agréable son ; Et voyant qu'un beau feu leur cervelle...
Página 109 - Et, savourant l'appas qui ton âme ensorcelle, Tu ne vis qu'à son goût, et ne vois que par elle. De là vient qu'un chacun, mêmes en son défaut, Pense avoir de l'esprit autant qu'il lui en faut.
Página 169 - Esclater de satin, de perles, de rubis. Le grand regret que j'ay! non pas, à Dieu ne plaise, Que j'en ay...
Página 177 - Ils sont matelineurs, prompts à prendre la chèvre, Et tournent leurs humeurs en bizarres façons ; Puis ils ne donnent rien si ce n'est des chansons. Mais, non, ma fille, non : qui veut vivre à son aise, II ne faut simplement un amy qui vous plaise, Mais qui puisse au plaisir joindre l'utilité. En amour, autrement, c'est imbecilité.
Página 100 - Par le mespris d'autruy s'acquérir de la gloire, Et pour quelque vieux mot estrange ou de travers Prouver qu'ils ont raison de censurer leurs vers ? (Alors qu'une œuvre brille et d'art et de science, La verve quelquefois s'esgaye en la licence). Il semble en leurs discours hautains et généreux, Que le cheval volant n'ait pissé...
Página 87 - D'un ris de sainct Medard il me fallut respondre. Je poursuis; mais, amy, laissons le discourir, Dire cent et cent fois : « II en faudrait mourir » ; Sa barbe pinçoter, cageoller la science, Relever ses cheveux, dire : « En ma conscience » ; Faire la belle main, mordre un bout de ses gants, Rire hors de propos, monstrer ses belles dents...
Página xxi - Oui, j'écris rarement et me plais de le faire : Non pas que la paresse en moi soit ordinaire ; Mais, sitôt que je prends la plume à ce dessein, Je crois prendre en galère une rame à la main. » Qui croyez-vous, mon cher, qui parle de la sorte ? C'est Alfred, direz-vous, ou le diable m'emporte ! Non, ami. Plût à Dieu que j'eusse dit si bien Et si net et si court pourquoi je ne dis rien ! L'esprit mâle et hautain dont la sobre pensée Fut dans ces rudes vers librement cadencée (Otez votre...
Página xxix - De ces maîtres savants disciple ingénieux, Régnier seul parmi nous formé sur leurs modèles, Dans son vieux style encore a des grâces nouvelles.

Información bibliográfica