Oeuvres complètes de M. le vicomte de Chateaubriand: augmentées d'un essai sur la vie et les ouvrages de l'auteur [par Delandine de Saint Esprit].

Portada
F. Didot, 1843
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Contenido

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 286 - horde d'esclaves, De traîtres, de rois conjurés? Pour qui ces ignobles entraves. Ces fers dès longtemps préparés? François, pour nous, ah ! quel outrage! Quels transports il doit exciter! C'est nous qu'on ose méditer De rendre à l'antique esclavage! Aux armes, citoyens ! etc. Quoi ! des cohortes étrangères Feroient la loi dans nos foyers ! Quoi ! ces phalanges mercenaires
Página 286 - des Marseillois. Nous entrerons dans la carrière Quand nos aînés ne seront plus. Nous y trouverons leur poussière, Et la trace de leurs vertus. Bien moins jaloux de leur survivre Que de partager leur cercueil, Nous aurons le sublime orgueil De les venger ou de les suivre
Página 70 - le palais, le sénat, le forum : nous ne « vous laissons que vos temples '. » II publia son Exhortation aux martyrs, ses traités des Spectacles, de l'Idolâtrie, des Ornements des femmes, et son livre des Prescriptions : admirable ouvrage qui servit de modèle à Bossuet pour son chef-d'œuvre des Variations. Tertullien tomba dans l'hérésie des
Página 280 - Si vous voulez que j'aime encore, Rendez-moi l'âge des amours : Au crépuscule de mes jours Rejoignez s'il se peut l'aurore. Des beaux lieux où le dieu du vin Avec l'Amour tient son empire, Le Temps qui me prend par la main, M'avertit que je me relire. De son
Página 246 - son emprisonnement. Ces deux voix, sorties du « tombeau , cette mort, qui servoit d'interprète à « la mort, m'ont frappé; je suis devenu chrétien : « je n'ai point cédé, j'en conviens, à de grandes lu« mières surnaturelles; ma conviction est sortie « du cœur : j'ai pleuré et j'ai cru.
Página 55 - les remplit d'une extrême crainte. « Alors l'ange leur dit : Ne craignez point, car « je vous viens apporter une nouvelle qui sera « pour tout le peuple le sujet d'une grande joie. « C'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, « il vous est né un Sauveur, qui est le
Página 255 - me faire plus de mal que je n'en éprouve. « Le malheur •, dit l'auteur des Études de la Nature; le malheur ressemble à la montagne noire de Bember, aux extrémités du royaume brûlant de Lahor : tant que vous la montez, vous ne voyez devant vous que de stériles rochers ; mais, quand vous êtes au sommet, vous apercevez le
Página 24 - Un conquérant, dans sa fortune altière, Se fit un jeu des sceptres et des lois, Et de ses pieds on peut voir la poussière Empreinte encor sur le bandeau des rois. Le poète n'est peut-être pas tout à fait aussi heureux quand il chante les rois sur leur trône, à moins que ce ne soit le roi d'Yvetot. En général M. de
Página 387 - puisé cette fermeté (Louis XVI) dans les principes de la religion, dont personne plus que lui ne paroissoit pénétré ni persuadé. Ne croit-on pas entendre le centenier chargé de garder Jésus glorifier Dieu malgré lui au moment où le Juste expire, en disant : Certe hic homo Justus est! Cet aveu de
Página 281 - savant, se révèle au cœur tendre: II doit moins se prouver qu'il ne doit se sentir '. La foule, précédée de la croix, et mêlant ses chants sacrés au murmure lointain des tempêtes, marche vers l'asile des morts. Là, la veuve pleure un époux; la jeune fille, un amant; la mère, un

Información bibliográfica